Duteurtre.com  
Romans
+ A nous deux Paris
+ A propos des vaches
+ Chemins de fer
+ Drôle de temps
+ Gaieté parisienne
+ L'Ordinateur du Paradis
+ L'été 76
+ La Cité heureuse
+ La Rebelle
+ La nostalgie des buffets de gare
+ La petite fille et la cigarette
+ Le retour du Général
+ Le voyage en France
+ Les malentendus
+ Les pieds dans l'eau
+ Livre pour adultes
+ Service Clientèle
+ Tout doit disparaître

 


Essais
+ Ballets Roses
+ L'Opérette en France
+ Polémiques
+ Pourquoi je préfère rester chez moi
+ Requiem pour une avant-garde

 


Nouvelles, extraits
+ Extraits en anglais

 


Couvertures des livres
Essais Romans

 


Presse internationale
+ Belgique
+ Canada
+ Espagne
+ GB/USA
+ Italie

 


Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
330 Abonnés

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne


Vu par - Jérôme Leroy

Le Quotidien de Paris, 1992, Jérôme Leroy



La soumission ou la mort

Le troisième roman de Benoît Duteurtre est incontestablement un roman d'apprentissage, ou plutôt de désapprentissage. Dans ce qui semble bien être une autobiographie à peine démarquée, Benoît Duteurtre raconte comment ayant renoncé à être le plus grand musicien de sa génération, il décida néanmoins d'être critique musical et de dévouer ainsi sa vie à l'art qui avait eu la cruauté de le refuser. Mais ce qu'il rêvait comme une sinécure intelligente se révèle être en fait une épuisante course du rat de magazine en magazine de cocktail en concert, de rédacteurs en chef qui ont toujours raison en critiques réputés qui ne savent plus que mépriser.

A l'arrivée, " Tout doit disparaître " apparaît comme un livre d'une incroyable dureté et d'une douloureuse amertume. Aucune aigreur pourtant chez Duteurtre, et il a bien du mérite, mais plutôt une intelligence qu'il faut supporter à la manière d'un handicap ou d'une tare. Car Duteurtre a compris quelques petites choses essentielles qu'il n'est pas bon de répéter : que la France contemporaine a remplacé les artistes par les intellectuels la création par un vernis de culture ; et que même une démocratie a un art officiel, une ligne esthétique que tous doivent accepter pour pouvoir survivre dans un tel marécage. La soumission ou la mort. Duteurtre n'a pas eu d'autre choix, et il n'en est pas particulièrement fier. Toute la beauté de son roman est dans cet aveu.

Jérôme Leroy


Date de création : 22/07/2005 @ 19:02
Dernière modification : 22/07/2005 @ 19:02
Catégorie : Vu par
Page lue 3544 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


Vu par
Vu par

 


Benoît Duteurtre
Biographie Portraits

 


A écouter
A écouter

 


Etonnez-moi Benoît
France Musiques - Ecoutez les dernières émissions

 


Recherche





Ecrivez à Benoît Duteurtre

Photos


^ Haut ^

GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.17 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.26 seconde