Duteurtre.com  
Romans
+ A nous deux Paris
- A propos des vaches
+ Chemins de fer
+ Drôle de temps
+ Gaieté parisienne
+ L'Ordinateur du Paradis
+ L'été 76
+ La Cité heureuse
+ La Rebelle
+ La nostalgie des buffets de gare
+ La petite fille et la cigarette
+ Le retour du Général
+ Le voyage en France
+ Les malentendus
+ Les pieds dans l'eau
+ Livre pour adultes
+ Service Clientèle
+ Tout doit disparaître

 


Essais
+ Ballets Roses
+ L'Opérette en France
+ Polémiques
+ Pourquoi je préfère rester chez moi
+ Requiem pour une avant-garde

 


Nouvelles, extraits
+ Extraits en anglais

 


Couvertures des livres
Essais Romans

 


Presse internationale
+ Belgique
+ Canada
+ Espagne
+ GB/USA
+ Italie

 


Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
332 Abonnés

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne


A propos des vaches - Le Nouvel Observateur - Jérôme Garçin

Nouvel Observateur N° 1861 - 6/7/2000

LE COUP DE COEUR DE JEROME GARCIN

Eloge de la vache



--------------------------------------------------------------------------------


Chaque été, les vaches gagnent un nouveau public : celui des citadins en troupeaux qui découvrent, au milieu des champs, que le désabusement est immobile et le fatalisme, ruminant. Il paraît que ce tableau les apaise et les console. On leur conseille donc de se munir du roman de Benoît duteurtre. C'est un joli livre, un peu naïf, un peu vert, souvent drôle et touchant. Quand il l'a écrit, duteurtre avait 27 ans. Il n'était pas encore un Parisien branché, ni un polémiste moqueur. Il avait l'impression, dit-il, de « vivre la vieillesse de l'enfance ». Arrière-petit-fils du président René Coty, il avait grandi dans le culte d'un grand homme que l'Histoire a oublié : on pouvait donc connaître le soleil de la gloire et plonger dans les ténèbres. Afin d'échapper à un milieu conventionnel et au poids du prestigieux aïeul que la retraite avait enfermé dans un mutisme bovin, le jeune duteurtre profitait des vacances pour s'enfuir dans une haute vallée des Vosges. Un grand-oncle, poète et pêcheur, y habitait un vieux moulin. Ce fut son Elysée. L'adolescent tourmenté y conçut une passion pour les vaches qui n'allait jamais faiblir. Pour cet héritier des grandeurs d'établissement, elles incarnaient « l'ambition brisée et la sauvagerie perdue ». Dans leur regard, il trouvait même du Pascal et poussait l'amour compassionnel jusqu'à les imiter. Il se mettait volontiers à quatre pattes, bouffait de l'herbe et beuglait. Les vaches s'en foutaient, mais le garçon y voyait un signe supplémentaire de complicité. Treize ans ont passé, le livre de duteurtre a gardé sa fraîcheur, mais les vaches ont mal vieilli. Celles d'aujourd'hui sont plus nerveuses, plus inquiètes. Elles sont menacées par l'encéphalite spongiforme. Avec les carcasses des plus folles d'entre elles, les Anglais font même de l'électricité. Le monde est vache. Le reste est littérature. « A propos des vaches », par Benoît duteurtre, les Belles Lettres, 208 p., 95 F


Date de création : 16/07/2005 @ 17:25
Dernière modification : 16/07/2005 @ 17:25
Catégorie : A propos des vaches
Page lue 6239 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


Vu par
Vu par

 


Benoît Duteurtre
Biographie Portraits

 


A écouter
A écouter

 


Etonnez-moi Benoît
France Musiques - Ecoutez les dernières émissions

 


Recherche





Ecrivez à Benoît Duteurtre

Photos


^ Haut ^

GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.17 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.21 seconde