Duteurtre.com  
Romans
+ A nous deux Paris
+ A propos des vaches
- Chemins de fer
+ Drôle de temps
+ Gaieté parisienne
+ L'Ordinateur du Paradis
+ L'été 76
+ La Cité heureuse
+ La Rebelle
+ La nostalgie des buffets de gare
+ La petite fille et la cigarette
+ Le retour du Général
+ Le voyage en France
+ Les malentendus
+ Les pieds dans l'eau
+ Livre pour adultes
+ Service Clientèle
+ Tout doit disparaître

 


Essais
+ Ballets Roses
+ L'Opérette en France
+ Polémiques
+ Pourquoi je préfère rester chez moi
+ Requiem pour une avant-garde

 


Nouvelles, extraits
+ Extraits en anglais

 


Couvertures des livres
Essais Romans

 


Presse internationale
+ Belgique
+ Canada
+ Espagne
+ GB/USA
+ Italie

 


Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
333 Abonnés

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne


Chemins de fer - Nouvel Observateur

L'antimoderne


Une fillette court dans la campagne enneigée pour rattraper un vieux train. Ce dessin de Sempé en couverture du nouveau livre de Benoît Duteurtre rappelle les similitudes entre leurs deux univers : esprit d'enfance, humour tendre et regard moqueur sur les illusions du modernisme. Curieusement, ce dernier trait vaut au dessinateur l'épithète d'humaniste et à l'écrivain celui de réactionnaire.
Après « Service clientèle » et « la Petite Fille et la cigarette », Duteurtre pointe une fois de plus le décalage entre l'homme et une société en mutation. Florence, son héroïne stressée, dirige une agence de communication à Paris. Tous les week-ends, elle regagne sa maison isolée des Vosges pour y vivre comme un ermite en pleine nature. A 50 ans, elle éprouve le besoin de couper du bois et d'allumer un antique fourneau.
Au cours de ses trajets ferroviaires, Florence s'indigne de la relégation progressive des autorails de province. Pas assez rentable, sa ligne va être «déclassée» par la SNCF. Ses passagers, venus d'une région peu favorisée, seront abandonnés à des véhicules sales et délabrés. Dans le même temps, Florence se heurte, dans son village, à la volonté forcenée de modernisation de la mairie, qui s'acharne à défigurer son coin de paradis.
Cette «femme moderne en quête d'authenticité» pourrait prêter à rire mais ce n'est pas le propos du livre. Duteurtre a raillé la duplicité des bobos face au pouvoir et à l'argent dans « la Rebelle ». Cette fois, il observe avec compassion l'une de ces battantes face à ses contradictions, révoltée par un monde qu'elle a contribué à édifier. Entre essai et roman, son conte bucolique dénonce une société de plus en plus asservie aux valeurs et aux impératifs de l'entreprise. Le promeneur solitaire devra désormais s'adonner à ses rêveries le long d'un parcours fléché semé d'«espaces propreté» et de ronds-points...

«Chemins de fer», par Benoît Duteurtre, Fayard, 206 p., 17 euros.

Par Claire Julliard
Nouvel Observateur - 21/09/2006


Date de création : 22/09/2006 @ 21:43
Dernière modification : 22/09/2006 @ 21:43
Catégorie : Chemins de fer
Page lue 3581 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


Vu par
Vu par

 


Benoît Duteurtre
Biographie Portraits

 


A écouter
A écouter

 


Etonnez-moi Benoît
France Musiques - Ecoutez les dernières émissions

 


Recherche





Ecrivez à Benoît Duteurtre

Photos


^ Haut ^

GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.17 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.27 seconde